Noir Desir sort votre incendiaire double album enregistre en public, comme 1 soir salut avant de partir.

Le batteur Denis Barthe revient sur sa conception, sur l’ultime tournee avant le drame

“Ecoutez, je ne vais jamais trop mal, on a une belle journee ensoleillee, alors on en profite…” Meme nos questions en apparence banales prennent une tournure dramatique. Cette faille dans la voix de Denis Barthe, au bout du fil, tout admirateur de Noir Desir pourrait la pressentir, la saisir. L’heure reste a Notre promo, et, forcement, au chagrin, puisque le spectre de Bertrand Cantat hante nos memoires, se pointe en reponses malgre des questions volontairement imprecises, pudiques. D’la tristesse dans l’air, dans la tonalite des voix. Plusieurs silences. On pense a toutes les vies gachees, aux dechirures, a Notre solitude, a Notre carriere foutue d’un des plus grands groupes de rock francais.

Le melomane voudrait bien parler du grand incendie allume il y a 20 annees par Noir Desir, en puissante decharge electrique qui secoue chacun des albums, de cette fievre poetique et rock. Malheureusement, depuis des evenements de Vilnius, Marie Trintignant reste sous terre et Bertrand Cantat, derriere des barreaux. On perd en aussi temps libre une grande actrice et un chanteur de feu. Dechirures.

Trois annees apres sa derniere tournee Afin de Des Visages, des Figures, Noir Desir se releve et sort enfin ce splendide double album en public:

“En 2003, i  l’instant de Vilnius, on etait occupe ferzu tarifs a travailler concernant ce live, on avait avance le mixage. D’ailleurs voila, il s’est passe et cela s’est passe… On a bien enfile au sein d’ les cartons, on a oublie via force tout cela etait musique Afin de se concentrer concernant le malheur qui etait arrive et comment on pouvait faire face a ce drame. Continue reading