La jeunesse qui bouge, tumultueuse, revendicatrice, votre n’est gui?re nouveau.

On fait le point sur l’engagement des jeunes avec Laurent Deutsch, responsable activisme et education a toutes les droits humains chez Amnesty International Belgique Francophone ; Martine Clerckx, fondatrice et directrice associee de Wide ; et Felix Mailleux, co-fondateur de Kologa, projet permettant a des refugies d’integrer des collocations bruxelloises.

Les jeunes d’aujourd’hui s’engagent plus

C’est a l’opportunite du festival Esperanzah!, festival tres engage, que nous nous sommes pose le sujet de l’engagement des jeunes maintenant. Sont-ils plus ou moins engages que nos generations precedentes? Notre forme de leur engagement a t’elle changee avec la revolution numerique?

Martine Clerckx de Wide estime que nos jeunes d’aujourd’hui paraissent plus engages: “On assiste a une forme d’affranchissement des engagements. Et cela va etre determinant pour un jeune de nos jours, c’est l’action individuelle qu’il va mettre i  l’interieur tout d’un groupe.” Mes jeunes paraissent dans une logique de “moi-nous” explique Martine Clerckx. Il convient qu’ils puissent retrouver quelque chose pour le “moi”, le “je”. Ca va etre en reussite, de l’epanouissement, un alignement avec ses propres valeurs. Ensuite, il un va falloir quelque chose concernant le “nous” qui en general se situe dans l’envie d’activer un changement positif pour la agence. Professeure a l’IHECS, Martine Clerckx a observe votre changement au comportement de ses etudiants depuis 3-4 annees. Ils reviennent de plus en plus a des valeurs fondamentales: “Leurs interets vont de moins en moins vers les marques commerciales. Ils se tournent En plus qui plus est vers nos services publiques, des actions humanitaires environnementales, par des start-up avec ou sans actions societales.”

La question de l’indignation est generalement la premiere etincelle de l’engagement.

Pour Laurent Deutsch d’Amnesty International, bien demarre avec de l’indignation. Continue reading